4 règles d’or pour une protection solaire éco-friendly

Vacances, j’oublie tout… mais pas ma protection solaire ! Hier ma seule préoccupation avant de me tartiner de crème, c’était de vérifier l’indice de protection UV. Une petite vérification du SPF, et hop bronzette ! Et puis ma conscience écolo s’est éveillée pour mieux scruter la nature des ingrédients, la présence de perturbateurs endocriniens… et aujourd’hui l’impact des produits solaires sur les océans.

Le sujet est loin d’être trivial : Saviez-vous qu’à chaque baignade, près de 25% de la crème solaire que l’on vient d’appliquer est absorbé par l’eau ? Il n’y a qu’à voir cette pellicule bien grasse à la surface. C’est déjà peu ragoûtant, mais les vrais dégâts sont bien plus profonds : toutes ces particules viennent empoisonner les micro-algues des alentours en moins de 48h ! En bout de chaîne, ce sont les fonds marins qui trinquent : blanchiment, voire mort des massifs coralliens, destruction du plancton (nécessaire à la survie de nombreuses espèces marines)… sans parler des effets nocifs des produits chimiques sur la peau.

protection-solaire

Une fois informé, difficile de rester insensible à cette problématique. Qui a envie de protéger sa peau au détriment des fonds marins ? Certains pays ont d’ailleurs commencé à interdire l’utilisation de produits solaires nocifs sur leurs sites protégés. C’est déjà le cas du Mexique, et de l’état de Hawaï aux US.

Vous l’aurez compris, l’indice SPF n’est donc plus le seul critère à prendre en compte  quand on cherche une bonne crème solaire : il existe différents types de filtres, des ingrédients plus ou moins naturels, des compositions pas forcément waterproof… voire pas du tout waterfriendly.

Pour vous simplifier la tâche, je vous livre aujourd’hui les 4 règles d’or pour une  protection solaire eco-friendly :

1. Des filtres minéraux, tu choisiras

Il existe 2 types de filtres solaires :

  • Les filtres synthétiques, dits organiques (un terme qui prête franchement à confusion), sont composés de nanoparticules chimiques qui assurent une protection cutanée en absorbant une partie du rayonnement reçu. Parmis ces filtres chimiques, on retrouve l’ethylhexyl methoxycinnamate, les benzophenone-3 et benzophenone-4 ou encore le methylbenzylidene Camphor. Le souci des filtres chimiques, c’est qu’ils pénètrent dans l’épiderme, pouvant ainsi provoquer des allergies, des irritations… 
  • Les filtres minéraux, dits inorganiques, forment à l’inverse une couche protectrice réfléchissant les UV reçus. Parmi eux, on retrouve le Dioxyde de titane et l’Oxyde de Zinc, désormais reconnus comme filtres UV par la réglementation européenne. Ils seraient plus respectueux de la peau et de l’environnement, mais il y a un hic : ils peuvent être difficiles à étaler et laisser des marques blanches sur la peau. Pour y remédier, les produits composés de filtres naturels sont souvent chargés en nanoparticules afin de les rendre plus agréable à appliquer.

Il est donc conseillé d’utiliser des filtres minéraux, de préférence dépourvus de nanoparticules, mieux tolérés par la peau et moins contaminants pour les océans.

2. Une formule biodégradable, tu chercheras

Plus la crème solaire est composée de matières naturelles, plus elle est biodégradable !

Pour trouver une crème respectueuse de l’environnement, cherchez la mention « water-friendly », « éco-responsable » ou tout simplement « biodégradable » afin de minimiser la présence de nanoparticules nocives pour les fonds marins.  Une liste réduite d’ingrédients est également un bon indicateur.

3. Une crème waterproof tu préfèreras

En tenant mieux sur l’épiderme, les produits waterproof sont moins solubles dans l’eau. Exit la fameuse couche grasse à la surface de votre spot de baignade !

Petit bémol : il faut penser à bien nettoyer sa peau le soir, l’eau claire ne suffira pas.

4. La règle des 30 minutes tu respecteras

Une application de la crème au moins trente minutes avant de se baigner laisse le temps au produit de bien imprégner les couches de l’épiderme, ce qui limitera la contamination de l’eau.

Dur dur de trouver une protection solaire n’ayant vraiment aucune incidence sur l’environnement marin. cependant les produits de cette sélection vous aideront à réduire cet impact au maximum :

  1. Biotherm présente Waterlover, son innovation solaire éco-conçue à partir de filtres UV testés pour avoir le meilleur profil environnemental,  Sa formule, est enrichie en vitamine E antioxydante, est biodégradable pour un impact limité sur l’environnement marin.
  2. Le roll-on de la marque Alphanova (made in France, s’il vous plaît) est constitué à 100% de filtres minéraux sans nanoparticules. Ce produit au parfum de monoï est bio, waterproof, et facile à appliquer… ça roule !
  3. La marque italienne Anthyllis propose une crème solaire est composée d’ingrédients biologiques apaisants et nourrissants, tels que l’huile de coco et l’extrait de carotte. Elle est cruelty-free, sans colorants ni parabènes et bien sûr dépourvue de filtres solaires chimiques. 
  4. Le produit chouchou des surfeurs : la crème solaire EQ Evoa est certifiée bio, waterproof, sans filtre synthétique ni nanoparticule. Un combo gagnant pour la protection du milieu marin, au parfum exotique vanillé et boisé.
  5. Grâce à sa texture oléo-minérale, le lait velouté Bio Beauté by Nuxe  assure un écran UVA/UVB naturel et résistant à l’eau, aux extraits de pulpe de mangue et de beurre de Karité.
  6. Une autre marque française qui a tout bon : Acorelle propose Nature Sun, une gamme solaire composée d’ingrédients inorganiques, dont le dioxyde de titane et l’Api OléoActif (AOA) pour une protection UV sans filtre chimique, et à 75% biodégradables. Je vous recommande leur lait après-soleil, hyper rafraîchissant !
  7. La Marque Madara nous vient tout droit de Lettonie avec le full package : une crème solaire à l’aloe vera bio + vegan, à l’écran solaire inorganique, le tout sans nanoparticules… what else ?

  8. Formulé à base de noix de coco et de karanja, le spray solaire Biosolis offre une protection maximale 100 % naturelle. Pas de filtre chimique ni de nanoparticules, sans pour autant laisser de traces blanches sur la peau.

Je ne sais pas encore pour quel produit je vais craquer… je vous ferai bientôt part de mes impressions. En attendant, je vous invite à lire l’article de ma blopine Lugdiyvine qui nous parle des écrans solaires éco-friendy qu’elle a testés. Et n’hésitez pas vous aussi à me faire part de vos trouvailles en commentaires !

Je vous souhaite de passer un bel été ensoleillé, xoxo

EnregistrerEnregistrer

44 commentaires sur “4 règles d’or pour une protection solaire éco-friendly

  1. Coucou ma belle! promis je posterai autant que possible à propos de la Chine sur le blog ❤ Depuis cette année j'ai vraiment fait attention à ce que je consomme en tant que filtres solaires, et effectivement ceux avec des filtres minéraux sont plus blancs sur la peau mais si c'est mieux pour l'environnement alors je m'en fiche de paraître plus blanche sur la plage ce n'est pas si grave ❤ des bisous ma belle!

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ton article super intéressant et la liste de produits. C’est vrai qu’on n’y pense pas forcément. Ke vais très attention à ce que je met sur la peau mais concernant la protection solaire, je ne m’étais jamais dit que ça pouvait être mauvais pour la nature.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci à toi pour ton commentaire 🙂 Pour moi le premier signe d’alerte a été la pellicule de gras que je voyais de temps en temps sur l’eau en me baignant (l’été la plage peut être tellement bondée). Des que l’on se penche sur le sujet on a envie de faire hyper gaffe ! Xoxo

      J'aime

  3. Je vais sauvegarder ton article pour l’été prochain… parce que là je dois bien avouer que j’ai bêtement racheté ma crème solaire habituelle pour cet été !

    Les deux dernières crèmes que tu présentes, celle à l’aloe vera ainsi que celle à la noix de coco m’intéresse particulièrement. Les autres mois de l’année j’utilise d’ailleurs le gel d’aloe vera et l’huile de noix de coco en guise d’écran total, justement pour éviter d’utiliser un écran total plein de cochonneries.

    Aimé par 1 personne

    1. Yes infos à garder pour ton prochain renouvellement de stock 👍je deviens moi aussi de plus en plus fan d’aloe vera. Je fais un peu plus attention avec la noix de coco, si l’odeur est forte c’est vite entêtant. Mais le spray que j’ai trouvé chez Laboratoire de Biarritz (déniché après avoir écrit mon article, j’en parle sur mon insta) est juste dosé comme il faut. Belle journée, bises

      J'aime

  4. Quand j’étais enfant, ma maman m’a toujours acheté de la crème solaire minérale justement à cause de ce problème. Aujourd’hui je continue dans cette lancée, merci de nous avoir sélectionner des crèmes, c’est super sympa :D.Gros bisous.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est top ! Je ne connaissais pas trop la différence, quand on s’y intéresse on privilégie forcément les filtres minéraux. Par contre il faut faire attention aux nanoparticules parfois rajoutées à ces formules. Je viens d’apprendre que si elles sont assez grandes elles peuvent être assimilées au sable des fonds marins. C’est déjà ça…
      Bisous et bon we !

      J'aime

  5. Je n’ai pas trop regardé ce que je prenais à part le fait que j’achète toujours la même crème. Je pense que l’année prochaine je m’y intéresserai plus d’ailleurs même mon chéri veut faire attention car il tient beaucoup à préserver les océans !

    Aimé par 1 personne

    1. Bien vu, je n’ai pas précisé ce critère pour toute la liste car je n’avais pas toujours assez d’infos 😦
      Je sais que les produits d’Alpha Nova et d’Anthyllis sont labellisés cruelty-free (leaping bunny), et ceux de Madara et Biosolis sont vegan. La sélection de ma blopine Hypiness date un peu mais te sera sûrement utile : http://hypiness.blogspot.com/2015/07/de-supers-soins-solaires-vegan-pour-lete.html?m=1#.W3iaqRq-iEc
      Bon weekend à toi !

      J'aime

  6. Merci pour cet article, je connaissais déjà cette problématique et ma solution personnelle et de ne quasiment plus en utiliser. De peau blanche rougissant vite, j’évite tout simplement de m’exposer aux heures les plus difficiles, et m’équipe en conséquence (chapeau, lunette, chemise bohème ample) pour me protéger. Et si vraiment je dois être en plein soleil entre 11h et 15h, je mets alors une crème la plus respectueuse possible comme tu as pu en citer 😉

    Aimé par 1 personne

  7. Chouette, c’est tout à fait le genre de réflexion qui m’a agité cet été… En fouinant sur le net j’ai trouvé la crème IVOA, mais ton article est vraiment complet et bien construit, plein de bonnes infos, je le garde dans un coin de mes favoris 🙂

    Aimé par 1 personne

  8. Super ton article ! Je t’avoue que j’ai essayé quelques marques bio mais je n’ai jamais trouvé des produits vraiment efficaces. J’ai une peau qui rougit très vite, je suis en protection 50 tout l’été. Ces « échecs » ont fait que je suis retournée à mes amours de Lancaster (les seuls qui font que je ne prends AUCUN coup de soleil de l’été).
    Récemment j’ai scanné tout ça sur yuka, je me suis dis qu’il fallait trouvé une alternative. Ton article tombe à pic, je vais certainement essayer certaines des marques que tu conseilles.

    Aimé par 1 personne

    1. Aïe aïe aïe pour croiser les infos je viens de scanner les produits solaires Lancaster dans l’appli Quelcosmetic et effectivement c’est la cata niveaux perturbateurs endocriniens 😱
      Tu me diras quels produits tu trouves suffisamment efficaces, avec ma peau mate je ne suis pas un bon exemple…
      Belle journée à toi, xoxo

      J'aime

  9. Et ben ! Mon huile solaire n’est aucunement eco friendly ! Merci pour ces infos, j’avais justement entendu parler de crème sur biodégradables… promis je finis mon huile et j’en change l’année prochaine ! Aussi je ne savais pas pour les 30 minutes, j’en applique toujours avant la baignade…

    Aimé par 1 personne

    1. Ah oui il faut faire attention à ça : en plus les produits pourvus de filtres chimiques ne font effet qu’une bonne demi-heure après application. Les filtres minéraux sont quant à eux efficaces tout de suite, mais si l’on veut éviter de laisser trop de crème dans l’eau il vaut mieux se tartiner bien avant 😉 perso j’ai pris l’habitude d’en mettre juste avant de quitter la maison (si pas trop loin de la plage, of course) comme ça finies les mains grasses pleine de sables !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s